AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 topic pour les BD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: topic pour les BD   29/12/2011, 18:10

haha, qu'il est caustique ce titre.
j'ai cherché une formulation drôle à partir de l'excellente blague des Nous C nous dans leur parodie de l'émission Les Z'amours spéciale Bande Dessiné où le présentateur accueille comme candidats Astérix et Obélix :
http://www.dailymotion.com/video/x5rz22_jean-dujardin-imite-jean-luc-reichm_fun


trêve d'introduction auto-justificative, ce topic sera consacré à la BD, vous êtes cordialement invités (mais pas trop quand même ) à parler de vos BD favorites, à les glorifier, et si possible, à nous donner envie de les lire

vous êtes donc ( pour les autres ) cordialement invités (mais là, beaucoup ) à venir vous construire une culture BD si vous n'y connaissez pas grand chose

je modérerais assez sèchement, le sujet principal de ce topic devra rester la bande dessinée

ne vous sentez pas obligés de venir nous raconter vos lectures actuelles en vrac, l'idée n'est pas de constituer un blabla sur le thème mais plutôt d'extraire de toutes nos lectures, passées ou actuelles, les œuvres véritablement méritantes que nous souhaitons vivement partager
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   29/12/2011, 19:18

Franquin :

Mort en 97 déjà 15 piges, ça file.
Si je ne devais retenir qu'un seul nom des immenses talents que compte le monde de la BD belge, ce serait lui.
Pour vous Franquin ce sera probablement Spirou, ou plutôt Gaston Lagaffe pour d'autres, pour les plus vieux d'entre vous ce sera peut-être Modeste et Pompon, pour les plus jeunes cela pourra être le Marsupilami.
Que d'immenses et riches séries et univers, mais tout cela reste ma fois bien classique, sobre, ce n'est aucunement pour tout ce travail que Franquin est cher à mon cœur.
C'est injuste, mais l'amour à ses raisons que la raison ignore, j'aime Franquin de toute mes forces pour seulement deux ouvrages, pas particulièrement gros, deux simples BD n'appartenant à aucune série.

Il s'agit d'idée Noires, des strip d'une ou deux pages publiés dans diverses revues à la fin des années 70.
Elles existent dans des beaux recueils, en deux tomes ou en une édition intégrale au choix
J'apporte ces précisions car la concision des idées noires, leur relative confidentialité ( ou sinon leur grand âge qui les a rendus à l'anonymat) leur qualité et leur non appartenance à une série en font des cadeaux idéaux, pour un noel, un anniversaire ou autre, c'est un cadeau de goût.

Il s'agit donc de planches indépendantes et courtes, qu'est ce que cette miette peut avoir de plus que l'immensité de Spirou ou de Gaston ? L'engagement et la violence morale, tout simplement. Les Idées noires portent leur titre à merveille, chaque planche est un modèle de cynisme, de noirceur, de malsain, de peurs refoulées, Franquin s'y engage politiquement, moralement et socialement, il moque et dépeint dans les ténèbres des choses de son temps, les militaires, le nucléaire, les chasseurs, l'industrialisation, la mondialisation, les sportifs, la malbouffe, la prison, la justice, la guillotine.
Mais ces grands thèmes sont simplement effleurés chacun leur tour dans des planches noires ( au sens propre le travail est remarquable, effectué avec des aplats de noirs et de blancs à l'encre de chine, même les pages les plus joviales paraissent dérangeantes par cette absence de couleur ) sans faire l'objet d'un débat laborieux ou d'une prise de position littéraire, il s'agit de se moquer, de conspuer, de faire du mal à ce qui nous fait du mal.
Rien qu'en écrivant ce paragraphe, au moins 20 planches différentes me sont passés à l'esprit comme des "modèle du genre" qui aurait pu servir à illustrer ce paragraphe, c'est ça qui est génial dans cette BD, presque aucune page n'est a jeter, elles sont toute magistrales et terrifiantes, elles en deviennent bien souvent très poétiques, dans la poésie la plus nauséeuse qui soit, celle qui fait déprimer quand on a le malheur de s'y plonger.

Bref, si vous êtes sensibles à la poésie, à la sombre moquerie, au non-respect des institutions, aux dessins sobres et maitrisés, procurez vous et lisez sans attendre Idées Noires. Et si vous êtes séduit ( je vous le souhaite, ça voudra dire que vous êtes quelqu'un d'assez intelligent ) pensez à l'offrir, pour sortir de la tombe ces quelques planches géniales mais malheureusement oubliées dans les méandres de l'histoire de la BD au profit de choses plus abordables et conformes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   30/12/2011, 13:31

voici quelques planches d'Idées Noires pour vous donner un avant goût, et surtout, pour vous laisser un goût ^^ :

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   30/12/2011, 13:51

Changeons de sujet (enfin il n'y a que moi qui change de sujet puisque pour le moment je parle tout seul )
Je vais rester sur le thème des BD qui sont plutôt très anciennes et que donc peu d'entre vous connaissent
Connaissez vous Le Baron Noir ?
c'est une série de strip courts, la plupart des gags tiennent en 3 images, dans un univers imaginé par Got et pétillon et publié dans je sais plus quel journal à la fin des années 70

vous pourrez lire que c'est une critique acerbe et métaphorique du monde social et politique de l'époque, ça n'a pas l'air bandant dit comme ça, et surtout, ça à l'air totalement figé dans son époque
mais c'est faux! le baron noir est une critique du monde, une façon de le parodier, et ça va bien au delà du clivage politique des années 70-80

La baron Noir est une succession de strip variés se plaçant dans un univers animalier, tout les animaux parlent.
C'est une savane ou une prairie quelconque, dans laquelle on trouve un grand nombre de moutons vivant en troupeau plus ou moins politisés, ils sont régulièrement enlevé par leur principal prédateur naturel, le baron noir, un aigle royal qui mange des moutons. Lui même se défend de jouer son rôle de prédateur tandis que les moutons exigent de leur dirigeant moutons des mesures pour limiter le danger que représente le rapace.
Autour de ce noyau se greffe une multitude de bestioles, une autruche qui vit la tête dans le sable et refuse de voir les problèmes de son temps, un éléphant et une tortue qui pour des raisons biologiques ne peuvent être capturés par le baron noir, ces deux là philosophent sans arrêt et débattent sur le fait de faire cause commune ou non avec les moutons, mais ils ne font jamais rien pour changer les choses
Il y a un ours medecin, un tatou propriétaire qui achète des terrains et essaye de faire respecter son droit de propriété, des vautour qui ne vivent pas très bien leur répugnant statut de charognard, un oiseau animateur culturel, des rhinocéros qui sont tous policiers, toujours prêts à réprimer les insurrection de fourmis rouges mais toujours aveugles au problème du baron noir et enfin des crocodiles flippants qui aimeraient remplacer le baron noir au titre de prédateur naturel des moutons
Tout ce petit monde vivote au gré des fluctuations sociales, on voit apparaitre des modes ou des comportements, on voit comment le reste de l'univers y répond, mais globalement, après tout ce battage on constate à quel point jamais rien ne change

Le style graphique est particulièrement minimaliste et n'en est que plus charmant, on finit par s'attacher à cette prairie totalement désertique, ces collines presque pointues et qui jaillissent de nul part pour soutenir un groupe de mouton ou pour servir d'estrade

l'humour est souvent absurde, parfois moqueur et sinistre, globalement, c'est un humour porté par du pessimisme et du fatalisme. Cet humour doit beaucoup à Pétillon qui est un type particulièrement talentueux dans le genre absurde ( peut-être connaissez vous l'enquête corse, qui a eu pas mal de popularité avec le film éponyme, mais je suis personnellement un fan des aventures de Jack Palmer, pas pour l'enquête corse mais pour toutes les autres )

Le fait que les strip soit très courts, très nombreux, et toujours assez fins, avec un humour discret et pertinent qui fait autant réfléchir que sourire, permet vraiment au Baron Noir de se déguster comme une boîte de chocolat. Il existe également des éditions plus récentes sous forme de recueil et cela constitue un excellent cadeau à offrir à des gens assez malin pour apprécier.

voici quelques planches pour illustrer le style :

Spoiler:
 


Dernière édition par Aurl le douteux le 31/12/2011, 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   31/12/2011, 11:53

Lincoln

Lincoln est une série méconnue de BD publiée entre 2002 je crois et y'a un ou deux ans
il existe 6 tomes en tout, créés par deux frangins et leur frangine

J'aurai moins de chose à en dire que pour Idées Noires et Le baron noir, tout simplement parce qu'il s'agit ici d'une série scénarisé, avec des histoires palpitantes et tout et tout, j'peux pas vous raconter tout non plus ^^

J'vais me permettre de vous raconter le début et ce qui fait le sel de cette courte série inachevée

L'aventure prend place à la fin du far west ( qui a dit Red Dead Redemption ? ^^ ) nous suivons un jeune orphelin incroyablement patibulaire et totalement nihiliste nommé Lincoln. Il tire toujours la gueule, est vulgaire, c'est un grand maigrichon vouté pas bien costaud et pas beau. Il a grandis sans famille, dans des bordels, il déteste absolument tout, la vie, les gens, il est totalement égoïste. Ne vous méprenez pas, il n'est pas prétentieux, il se hait lui même tout particulièrement, mais la vie ne lui ayant jamais réservé que des sales coups, il ne se soucie de personne à part lui même, il n'attend rien de l'existence, se fout de tout au plus haut point, se contentant de survivre et de profiter de tout ce qui peut lui être profitable.
Cet individu tellement particulier, tellement dépourvu de but, intrigue fortement Dieu. Dieu lui apparait donc sous la forme d'un petit vieillard avec une très longue barbe et un grand chapeau, pour lui demander pourquoi il est ainsi, pourquoi il tire toujours la gueule même quand tout va bien. Dieu n'arrive vraiment pas à comprendre Lincoln, il ne répond pas au test et aux épreuves que lui soumet Dieu d'une façon logique et humaniste, cela désempare le créateur. Se laissant abusé, Dieu en vient à faire des cadeaux à Lincoln pour essayer de le réjouir, il lui offre même l'immortalité définitive, rien ne peut le tuer, mais Lincoln s'en fout toujours un peu.

Vous avez vu le film Héros malgré lui ? un excellent film avec Dustin Hoffman
Les aventures de Lincoln à partir de ce moment s'en rapproche, Dieu tente d'en faire un homme bon, lui s'en balance mais par hasard et malchance, il finit pas accomplir des bonnes actions, être acclamé, il doit alors fuir pour avoir la paix, et tout recommence. Il est presque toujours accompagné de Dieu qui essaye de le convaincre que la vie est belle, et du Diable de temps à autre, qui se fout de la gueule de son collègue et de ses lubies.

Cette série possède une délicieuse écriture, un humour pince sans rire glacial, un dessin sobre fort agréable et un fond de réflexion très frais, le tout dans une vulgarité de rigueur pour une histoire de cowboy sans foi ni loi ^^

n'hésitez surtout pas à lire ça, c'est vraiment original et ça vaut le détour
Il va de soi que c'est tout indiqué pour Unbe et autres déprimés ou déprimants chroniques, Lincoln est un magnifique exemple de personnage réellement nihiliste et sans intérêt personnel ni objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   18/1/2013, 04:51

Je crois bien que personne ne lit ce topic ...

Pas grave, au programme du jour, un peu d'histoire de France ( oui Monsieur ! ) un peu d'histoire des médias et un peu d'absurdités, mais surtout, comble du paradoxe : pas de BD !

Oui je sais, pourquoi exhumer un topic ( qui n'avait aucune raison de sombrer soit dit en passant ) sur le BD pour expressément ne pas parler de BD ? Parce que je n'allais pas ouvrir un topic exclusif pour mon sujet, cela aurait été lui donner bien trop de visibilité, aussi important fut-il ( en deux mot, sinon c'est un oxymore ).
Notez qu'une BD existe sur le sujet qui nous préoccupe, mais cette BD ne sera pas notre sujet ce soir.

Sujet du jour mes amis :


Je ne sais pas ce qu'est devenue cette série mythique, que dis-je, historique, dans les jeunes têtes de maintenant. J'ignore si vous connaissez très bien, si vous avez vaguement entendu parler ou si vous n'avez toujours pas compris de quoi il sera ici question.

A la fin des années 70, la télévision est toujours nationalisée, nous sommes toujours en régime Gaulliste, De Gaulle était un républicain, avec tout les avantages et les inconvénients qui vont avec.
La télévision est un monopole national certes, mais commandé par des gens parfois brillants, sans objectifs de rentabilité. Vous ne disposiez pas de la liberté de choisir votre type d'information et de divertissement à cette époque, vous étiez privés de Joséphine Ange-gardien et de Juste Prix, contraint d'assister à des programmes visant le divertissement, l'instruction et la propagande nationale.
Ainsi avec l'appellation fraîche d'ORTF, un sous service créé de longue date va refaire parler de lui. C'est le service de la recherche des médias Français, un groupe de chercheurs qui travaillent sur les médias en même temps qu'ils les alimentent, qui produit sous la direction de Jacques Rouxel un petit monument de dessin animé ... encore que parler de dessin, c'est un peu surévaluer la chose, et d'animation, tout autant.
Sur une machine prototypique, l'animographe, Jacques Rouxel, avec une maigre équipe, fabrique une série de dessin animé de très courte durée : Les Shadoks

L'animographe est une grosse merdouille à la pointe de la technologie ... des années 60, qui permet de générer du dessin animé facilement, à 8 images/seconde et à condition de dessiner directement sur une pellicule de 70 mm ... je vous renvoie à mon topic où je réalise des jaquette de CD à taille réelle ( 12x12cm ) pour vous faire une idée de ce qu'on peut faire sur des petites surfaces graphiques.
Et se casser le cul à faire des dessins valables sur des surfaces minables, justement, ce n'est absolument pas le choix fait pour la réalisation des Shadoks.

La série fait le choix du minimalisme graphique, de la schématisation et du symbole visuel. Nous en reparlerons, mais cette pauvreté ( qui peut parfois faire un peu pitié dans la première saison) sert particulièrement le propos de la série.

Comment aborder la série concrètement maintenant ? Je pourrais vous parler de ses multiples références maintes fois remarquées à la politique de l'époque ( bloc de l'Est et de l'Ouest, course à la lune, G.B. ) aux phénomènes sociaux ( tunnel sous la manche, moquerie des valeurs franchouillardes et militaires, hippies ) ou vous énoncez les innombrables principes de logiques Shadoks. Mettons que je vais plutôt faire les choses à ma sauce et commencer par le commencement, car voici comment démarre la première saison, Bu ( Bu c'est le nom de la saison ... la suivante c'est Zo ... bref, ne m'interrompez pas ! ) :
"C'était il y a très très très longtemps. En ce temps là il y avait le ciel. A droite du ciel il y avait la planète Gibi, elle était complétement plate et elle penchait soit d'un côté soit de l'autre. A gauche du ciel, il y avait la planète Shadoks, elle n'avait pas de forme spéciale ... ou plutôt elle changeait de forme. Au milieu du ciel, il y avait la Terre, qui était ronde et qui bougeait, sur la terre il n'y avait apparemment rien."

L'excellente narration ( qui contribue grandement à la qualité de la série, toutes les faiblesses visuelles pouvant être comblées par la voix et le texte ) est exécutée par Claude Piéplu, il est mort il y a quelques années mais pour les plus jeunes, vous le connaissez au moins pour avoir fait Panoramix dans le premier film (Astérix et Obélix contre César ) et peut-être pour être l'homme aux clés dans la série humoristique à sketchs Palace ( qui repasse parfois à la télé j'ai cru comprendre ).

La première saison va donc nous conter les aventures des infortunés Shadoks, sortes d'oiseaux ronds qui ne volent pas, aux pattes longues et maigrelettes et au crâne désespérément vide. Malheureux de leur sort sur leur planète inhospitalière et surtout instable, ils désirent la quitter pour aller vivre sur la Terre. Le tout sous les regards amusés et attendris des Gibis, créatures sympathiques à l'intellect surdeveloppé ayant vaincues tout les problèmes des civilisations et se la coulant douce en se divertissant et en se préparant calmement à atteindre la Terre également ( avec beaucoup moins de difficulté que les Shadoks )

La qualité et le style de l'écriture offre également un contraste saisissant, un langage châtié qui sert à décrire des choses aussi ridiculement absurdes et des pitreries criminelles, c'est délectable.
La série nous offre des dessins à la limite du schéma d'écolier, où le symbole remplace la précision, le tout soutenu par une narration ex-nihilo (on dira extradiégétique et hétérodiégétique ) presque permanente et très critique vis à vis des événements narrés.

Le choix des personnages, le style graphique, la nature du récit, tout contribue à faire de cette série un OVNI. Il s'agit bien ici de raconter sur plusieurs centaines de générations les aventures et les grands moments historiques totalement grotesques d'une population de bestioles ni attachantes ni sympathiques voire franchement insupportables de bêtise et de méchanceté gratuite.

La narration omnisciente parfois critique mais surtout descriptive, les images schématiques qui nous donnent l'impression de ne jamais voir la réalité mais de toujours voir une image représentant une réalité absente. Tout cela sert ( comme je le disais précédemment ) le thème puisqu'on ressent la même sensation que devant un bouquin d'histoire, plein de cartes, de schéma et d'explications sur des faits concrets inaccessibles.

En fait, à chaque fois que je pense aux Shadoks, je pense à L'île des pingouins, d'Anatole France. J'hésite un peu à vous citer cette référence car je ne l'ai jamais lue ( aucun rapprochement sur internet ). Pourtant c'est frappant, dans cet excellent livre, une narration nous présente l'évolution à travers les âges d'une civilisation d'oiseaux christianisés par erreur, et cette évolution montre toute les lâchetés historiques qui sont autant de références à l'histoire de France.
C'est le synopsis des Shadoks à peu de choses prés.

La seconde saison des Shadoks ( donc oui Zo, je vois que vous suivez ) est l'apogée de la série, moins de répétitivité, plus d'imagination, des principes physiques toujours plus farfelus mais élégants, des graphismes et une animation bien plus supportables ( l'animographe à rendu l'âme à la fin de la réalisation de la première saison, les suivantes ont été faites avec des méthodes plus courantes ^^ ) et des personnages toujours aussi excellents, dont le fameux Gégéne, unique habitant de la Terre à l'époque.

Je me permet de déconseiller la saison 3 (Meu ) qui est plutôt naze, je n'ai jamais accroché, la recette est la même mais il manque le petit truc qui rendait le délire très sympathique, les principes Shadoks nouveaux sont médiocres et ne font même pas réfléchir dans l'absurde et le syllogisme foireux.
La saison 4 ( Bu-Ga, ça veut simplement dire 4 en fait, c'est le système d'algèbre Shadoks en base 4 ) est très différente, elle a été faites dans les années 2000 avec des dessins et des couleurs modernisés ( tout en gardant un côté minimaliste bien entendu ) et raconte une histoire sympathique qui rattrape un peu à mon goût la troisième saison pénible.

Cette série, par son caractère unique, impertinent, et vaguement malsain pour l'absurdité générale du propos fit beaucoup de bruit en son temps. jusqu'à la mise en place d'une courte émission parallèle présentée par Jean Yanne "Les Français écrivent aux Shadoks" où ils lisaient des courriers de lecteurs ( des milliers de lettres d'insultes, de félicitations ou de questions furent envoyées durant la diffusion de la série ) et tentaient de répondre humoristiquement aux questions posées.
La France de l'époque et les bonnes familles constataient le début de l'émancipation sexuelle avec appréhension pour leurs enfants, et la diffusion d'un programme douteux qui semblait vouloir corrompre jusqu'au cœur les chérubins divisa vraiment la France en deux, un camp très demandeur des Shadoks et de leur humour inhabituel et un camp réclamant l'arrêt de la diffusion de cette série corruptrice de jeunesse.
Si ces gens voyaient ce qu'est devenue la télé de nos jours, ils réclameraient à grands cris le retour des Shadoks.

Bref, pour conclure, voila une série qui fut d'inspiration divine, dans une conjoncture sociale unique, et proposée en avant-garde à un public de France pas franchement préparé, c'est probablement un des premier phénomène de société télévisuel du pays, la division engendrée chez les téléspectateurs fut comparée à l'Affaire Dreyfus. Les dessins ont d'autant mieux supporté les outrages du temps qu'ils étaient déjà très laid en 1969, on se quitte sur 2 principes Shadoks dont la série regorge :






et pour finir dans le thème :








[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.


Dernière édition par Aurl le douteux le 18/1/2013, 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narf

avatar

Messages : 1872
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 31
Localisation : Dijon

Feuille de personnage
Prénom et Nom: Narfus Ripli
Race: Nain
Vie:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: topic pour les BD   18/1/2013, 10:32

Woohoo, je suis le premier à répondre ! Laughing
C'est vrai que ce topic ne motive pas grand monde, après je ne sais pas dans quel tréfond du forum tu l'as déterré, mais je ne connaissais pas son existence.

Je n'ai pas lu tous tes anciens articles, je n'ai lu que celui des shadoks.
Je suis d'accord avec tout ce que tu as dit !
Je ne suis pas assez vioeux pour avoir connu la première diffusion, mais il y a quelques années, le dimanche sur canal, entre le vrai journal et la semaine des guignols, ils passaient un ou 2 épisodes des shadoks (les anciens). J'avoue avoir été au début un peu en mode "WTF ?" mais on s'habitue vite dès qu'on a compris que c'est juste absurde :-)
Il me semble que tu as oublié tout de même un élément essentiel : les Shadoks pompaient.

Bon allez à moi, je vais faire probablement moins long que toi mais ce topic me donne envie de participer.

Aujourd'hui, LITTEUL KEVIN.

Cette BD a été crée par Coyote, également auteur de l'excellent Mammouth et Piston. Litteul Kevin est entièrement en noir et blanc... ah wikipedia me fait signe que les derniers albums ont été réédités en couleur... Ouais, bon, mais ça perd son charme, car les dessins de coyote sont fouillés, précis, et nets, donc pas besoin de couleurs.

On ne fait pas ici dans la finesse (quoique !), donc les BD sont bourrées d'humour, généralement vulgaire mais c'est ce qui fait leur charme.
La BD est centrée sur le personnage de Kevin, fils de Chacal (son vrai nom est Gérard, mais il déteste qu'on l'appelle comme ça) et Sophie.

Chacal ne fait que des conneries et n'est en fait qu'un grand gamin caché derrière une montagne de muscles. Il passe son temps sur sa moto, ou à la réparer, ou encore à boire des bières à son club de motards. De temps en temps, il "bosse" : il est agent de sécurité sur les concerts avec le reste de son club. Sophie, femme au foyer, passe son temps à bronzer sur la terrasse en attendant que Chacal et Kevin reviennent de leur ride. Elle est une importante figure d'autorité cachée derrière d'énormes seins.

Kevin quand à lui essaye de comprendre ce qui se passe dans son monde, avec ses yeux d'enfant. Il fait cependant preuve d'une grande maturité et se pose parfois presque en père pour Chacal. Il possède sa propre moto adaptée à sa taille et il est amoureux de sa baby-sitter. Il occupe une cabane avec ses copains d'école dans laquelle ils passent leur temps à refaire le monde. Le mot de passe pour y entrer est : "Au-delà de la nuit, dans le Kalahari, le lion va rugissant comme un gros chat qui miaule car le sable brûlant chauffe ses roubignoles".

Il existe 9 tomes actuellement. Si jamais vous allez dans une FNAC et que vous avez quelques minutes à perdre, et si je ne dois vous conseiller qu'une histoire, trouvez le tome 4 et lisez la première, "Les bottés de l'argot tiquent". Dans celle-ci, Kevin s'imagine au sens propre (avec dessins de ses pensées) ce que dit son père en parlant en argot à ses potes. Le vous laisse imaginer ce que s'imagine Kévin lorsque son père lui dit "Va dire au taulier de nous faire péter deux roteuses et un gaz pour ta ruche". Laughing

Allez, pour finir, quelques planches trouvées ça et là, mais comme les histoires font en général 6 à 10 planches, c'est pas évident de vous faire une idée.

Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   18/1/2013, 19:11

Dés que tu as annoncé ton thème, je ne te cache pas que j'étais curieux de voir de quelle façon délicate tu amènerais le sujet de l'incroyable proéminence mammaire de Sophie Laughing

Coyote est un des dessinateurs que je respecte le plus, tant pour son dessin particulièrement léché ( il dépasse pour moi tout les maîtres dont il se réclame) que pour son univers, j'ai rarement autant apprécié des personnages dans ma vie de BDphile, rarement autant eu envie d'appartenir à la famille présentée tant ils semblent tous terriblement attachants, fins, humanistes et libres ( le bonnet de soutif de la mère de famille sus-mentionnée n'est pas étranger à mon envie de faire partie de la bande ^^ )

C'est une BD qui donne toutes leurs lettres de noblesse aux bandes de motards du siècle passé, j'connais des familles de motards fans de cette BD d'ailleurs ^^

J'en profite pour souligner que Coyote est plus récemment le dessinateur de la jeune série Les Voisins du 109, tout aussi excellente que Litteul Kevin ( le dessin est encore supérieur car c'est en couleur et une sacrément chouette couleur) pleine d'humanisme multiculturaliste sans jamais sombrer une seule seconde dans le niais, le misérabilisme ou le moralisateur. Un vrai tour de force d'écriture. Des personnages magnifiques, ça raconte la vie d'un immeuble de prolo tous très différents, les personnages les plus centraux sont un couple de Gothiques (la demoiselle, qui a le visage de Nini Bombardier qui co-scénarise le truc, à encore une poitrine aussi forte que sa personnalité ) très ouverts aux autres et propriétaires d'un hérisson facétieux nommé Alice. On suit des aventures à tout les étages de l'immeuble, en découvrant les individualités qui l'habitent. Les persos sont des clichés au premier abord (La vieille dame, les ghotiques, les vieux soixante-huitards, les étudiantes artistes en colloc, la famille arabe, le vieux père célibataire qui pige pas bien sa fille ado, le concierge ancien-militaire moustachu et en marcel ) mais tous super riches et intéressant quand on les découvre au fil des BD.

les gothiques :
Spoiler:
 


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
raphiolagrand

avatar

Messages : 588
Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Re: topic pour les BD   19/1/2013, 01:02

J'adore, j'adore, j'adore.
Laissez moi une p'tite place svp. J'arrive !
Bon, juste co ce soir, un peu tard pour être aussi prolixe que vous.
Promis, d'ici dimanche, je fais ma bafouille et je fais disparaître ce post qui ne sert à rien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   19/1/2013, 15:34

il dérange pas ton post qui sert à rien, ça aère utilement le topic
quand un topic n'est constitué que de posts très longs, personne ne viens lire

et pour Narfesse :
oui j'ai totalement oublié de dire que les Shadoks pompaient, pompaient et pompaient !
j'me suis rendu compte que j'avais omis ce détail important dans mon pieu en repensant à mon topic.
faut dire que j'ai tout écris d'une traite à 4 heures du mat et que j'avais tellement de truc à dire que j'étais un peu submergé dans ma tête ^^"
j'suis déjà content d'avoir vaguement organisé mon truc sans oublier de points importants .... sauf le fait qu'ils pompaient Very Happy

j'suis content de mon exhumation ( d'un topic vieux de plus d'un an tout de même ^^ ) si ça relance l'activité de ce topic ... et qu'en plus je suis pas obligé de faire toute l'animation moi même comme sur le topic du cinoche


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narf

avatar

Messages : 1872
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 31
Localisation : Dijon

Feuille de personnage
Prénom et Nom: Narfus Ripli
Race: Nain
Vie:
130/130  (130/130)

MessageSujet: Re: topic pour les BD   20/1/2013, 21:24

Ca me fait plaisir que t'aies apprécié mon post.
J'aurais pu aller plus loin dans la présentation mais j'avais pas trop le temps.

Ces histoires ça me donne envie de me faie un petit budget BD mensuel.
Je m'achèterais bien des Mammouth et Piston, car je ne les ai lu qu'en flânant dans les FNAC les jours ou j'avais du temps devant moi lorsque j'étais dans des villes loin de chez moi pour passer des entretiens d'embauche.
Les voisins du 109 ça à l'air excellent aussi, j'ai vu quelques planches sur google, je vais essayer de me choper ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
raphiolagrand

avatar

Messages : 588
Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Re: topic pour les BD   20/1/2013, 23:30

REISER

J'ai voulu vous présenter celui qui pour moi est un des plus grands dessinateurs d'humour.
J'avoue, le texte ci dessous a été glané sur la toile.

Reiser, c'est quoi? Chez Reiser il y a du dessin, de l'humour, des dialogues, des histoires et des gags, et des idées. Que demander de plus?

On trouve très peu de Reiser sur internet. Quelques dessins ici. Je n'ai pas été le seul à m'apercevoir de cette absence, depuis le début de l'an 2000 y'a aussi cette page.

Humour Et Personnages

L'humour de Reiser est comme celui de Franquin: il s'appuie sur un dessin non-réaliste mais très expressif, et sur des dialogues extrêmement justes. Comme chez Franquin, ses personnages sont crédibles, ils s'énervent ou sont calmes, mais ne sont pas d'une seule pièce. Les différences avec Franquin? Le dessin, les thèmes abordés, le support (organisation des bandes), le public visé. Les points communs? On sent derrière son dessin quelqu'un de sympathique, qui mêle humour et idées, avec une observation des gens qui l'entourent qui lui permet de composer des personnages caricaturaux mais réels; également un art des dialogues, qui conduisent le lecteur à les oublier alors qu'ils font la force de la BD.
Ses héros sont comme les gens qu'il côtoie: ils n'ont pas beaucoup d'argent, viennent de milieux modestes. Leur priorité est d'être heureux, ils aiment faire la fête, ils aiment la bouffe, la boisson et la baise. Ils sont très français, très fêtards. Ils parlent librement de tout ce qui leur passe par la tête. Ils parlent de sexe sans être pornographiques (on n'est pas chez Manara!), parlent d'idées sans être universitaires, parlent de guerre sans être sérieux, et critiquent souvent ceux qui devraient savoir mieux (les architectes, les grands décideurs, les grands ingénieurs, les généraux).
Contrairement aux personnages de Wolinski, ils bossent pendant les heures ouvrables, et ils sont moins bavards. Ils sont plus populaires que chez Brétécher. Ils sont plus réels que chez Gébé. Ils sont moins militants que chez Cabu.

Spoiler:
 

Dessin

Le dessin de Reiser, non ce n'est pas du n'importe quoi. Avec un trait Reiser exprime plus que le dessinateur de XIII en toute une carrière. Il arrive à représenter des gens, des objets, des animaux, voire des concepts, des paysages et de l'architecture, en allant toujours droit à l'essentiel, et en gardant malgré l'épure le détail qui fera rire, et celui qui rendra le personnage consistant et attachant.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Idées

Reiser est un être d'exception, et ça se voit. Il est intéressé par tout, extrêmement ouvert, tout lui inspire des idées, et quand une idée lui plaît il en parle. Il ne peut pas aller au marché sans se poser des questions sur les fraises, il ne peut pas parler d'une catastrophe écologique sans évoquer les moyens de l'éviter.
Mais alors, c'est un dessinateur chiant? Pas du tout, même dans ses bandes les plus militantes (sur l'energie solaire par exemple) l'humour est omniprésent. Mais alors il ne parle que d'idées? Au contraire, il ne parle que de gens! Des petits personnages émaillent ses discours théoriques, et sa description d'un concept nouveau est toujours en rapport avec les conséquences sur la vie des gens.
Reiser aime tous ses personnages. Prenez Cabu, il aime les babs et pas les militaires, donc dans ses bandes les babs sont sympas et les militaires sont cons. C'est simple et facile. Dans Reiser, meme un con a droit à la comprehension de l'auteur, la pire des ordures est un personnage entier.
Idéologiquement, ses bandes sont avant tout populaires, on y célèbre notamment les fêtes basiques, bouffe et pinard à profusion, les plaisirs simples (rester au lit un dimanche, avec des croissants parfois...). On n'y rejette pas l'Etat, mais les petits fonctionnaires, on se marre devant les malheurs des riches, des princes et des bourgeois. Il est très attaché à l'écologie, il recherche toujours le moyen de concilier le mythe rousseauiste et la vie pratique, de se rapprocher de la nature de manière calculée plus qu'utopique. Il aime apprendre et faire partager ses découvertes, que ce soit des technologies innovantes (l'énergie solaire) ou des méthodes traditionnelles à redécouvrir (le boulier!). Il cherche des solutions autres que celles qu'il estime nocives: il n'aime ni le pétrole, ni le bitume, ni l'énergie atomique.
Il s'inscrit complètement dans la pensée "libérée" et bab' des années 70, mais avec un recul, une argumentation et une humanité qui lui permettent de rester crédible et d'actualité. A mon avis, il a par exemple moins vieilli que Gébé (dont j'adore par ailleurs le dessin). Et surtout, quand il s'intéresse à une idée, il la redécouvre avec un point de vue assez nouveau pour que le lecteur la redécouvre avec lui.

Ses idées sont toujours originales, à la fois délirantes et vaguement crédibles, toujours argumentées, toujours humoristiquement illustrées.

Reiser Et Les Femmes

Contrairement à beaucoup de ses contemporains (cabu, choron, wolinski,...), Reiser n'est pas un mysogyne. C'est le seul auteur de BDs (avec Brétécher!) qui fait des bandes tellement justes et tellement subtiles sur les femmes qu'elles auraient pû être écrites par une femme.

"Quand un homme est con, vraiment con, il est con sur toute la ligne.
Quand une femme est con, vraiment con, elle restera quand même maligne.
C'est pour ça qu'un jour, les hommes finiront par se faire avoir!"
(Philosophie à la Petite Semaine, dans je-sais-plus-quel-album)

Spoiler:
 

Albums

Allez, de mémoire et dans le désordre...
On Vit Une Epoque Formidable! Très bon, voire le meilleur, souvent des bandes mêlant petites histoires et reflexions, de formats variés.
Vive Les Femmes! Très bon, même veine que le précédent.
Le Gros Degueulasse Très bon, emblématique, original, icônoclaste et optimiste... sauf la fin.
Mon Papa Le premier album, dessin très dépouillé (quasiment du Sempé), plus orienté vers le gag que les autres albums.
La Vie Des Bêtes Souvent des dessins pleine page, avec ou sans paroles.
La Vie Au Grand Air Souvent des histoires sans paroles, espèces de fabliaux mêlant animaux et humains primitifs.
Ils Sont Moches! Sur le thème des vacances, les pédalos, les caravanes, les plages, les frites,...
Jeanine Le gros dégueulasse version femme, complètement amorale, mère indigne et ménagère étonnante!
Oreilles Rouges Des bandes sur un gosse pas gâté, obsédé et incompris, drôles et souvent muettes.
Les Copines Plus salé, un regard très feminin sur les vacances, les mecs, le sexe, la vie.
La Famille Oboulot En Vacances Compilation de bandes sur une famille classique, thème et format différents des autres albums.
Fous d'Amour A ne pas mettre entre toutes les mains, comme on dit!

Les albums posthumes, compilations de dessins et de bandes parus dans les journaux mais pas édités en album avant sa mort... On y trouve des bandes indispensables et des couvertures hilarantes, et aussi des argumentaires assez techniques, notamment pour les énergies alternatives. On s'y aperçoit qu'il a très bien vieilli, voire pas vieilli du tout (manifs lycéennes, guerres, crises boursières,...). Et on y lit des préfaces de gens qui en parlent comme moi, mais mieux!
On Est Passés à Côté Du Bonheur
Ils Sont Pas Plus Forts Que Nous
...etc (il en sort un par an, je ne suis même pas sûr d'avoir tout suivi!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeProfondis

avatar

Messages : 2251
Date d'inscription : 01/12/2011

Feuille de personnage
Prénom et Nom: DeProfondis
Race: Humain
Vie:
90/90  (90/90)

MessageSujet: Re: topic pour les BD   21/1/2013, 00:12

Reiser sans Bretécher, c'est un peu comme une couille sans bite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   1/2/2013, 16:47

1 ) De prof dit encore n'importe quoi ou je rêve ?


2 ) Je suis pas fan du concept de dire du bien de Reiser en tapant sur tout les autres
honnêtement ça veut dire quoi ça ? : "Avec un trait Reiser exprime plus que le dessinateur de XIII en toute une carrière."

3 ) Je trouve ton post assez mal illustré, c'est pas ta faute si t'as rien trouvé sur le net ( t'as pas un scanner ? ) mais malheureusement ça donne pas très envie tes illustrations ^^

4 ) cette phrase est totalement absurde ^^" :
"C'est le seul auteur de BDs (avec Brétécher!) qui fait des bandes tellement justes et tellement subtiles sur les femmes qu'elles auraient pû être écrites par une femme."

5 ) tu dis " le texte ci dessous à été glané sur la toile" tu parles de quoi ? la totalité de ton post en fait ? ce serait sympa de pas piller exagérément le travail de passionnés sur la toile

6 ) Je suis un peu étonné de voir absents de cette critique deux mots clés fondamentaux : le mot "mouvement" et le mot "Cavanna" Razz

S'il y a bien une chose essentielle qui caractérise le dessin génial (j'emploie rarement ce mot ) de Reiser, c'est le mouvement. Au fil de la plupart de ses strip, les personnages bougent, s'agitent, s'énervent, et du dessin original du personnage, il ne reste plus au bout de quelques cases que les traits de mouvements et des traits grossiers symbolisant l'individu. L'objet s'efface toujours au profit du mouvement pure, de manière totalement fluide, on a toujours l'impression de voir l'objet alors qu'il a parfois presque totalement disparu, c'est un minimaliste d'une richesse graphique incroyable.C'est dommage d'ailleurs que les quelques dessins postés ne montrent pas du tout cela ^^"

Et la personne qui à ma connaissance à écrit les plus belle choses, les plus tendres mots et les plus émouvantes déclarations d'amour sur Reiser, c'est bien Cavanna.

7 ) Bien entendu, je suis un immense fan de Reiser devant l'éternel, il est né dans mon département et c'est un vrai petit prolo du Nord-Est. Sans doute à cause de Cavanna, j'ai une immense tendresse pour Reiser qui était un vrai type bien, un vrai brave homme humaniste et bon. L’éclectisme de ses planches, qui sont parfois humoristiques, parfois absurdes, parfois sinistres, parfois terriblement techniques, pleines de calculs, de démonstrations illustrées et de théories amusantes et pas sottes, en font un genre de monstre sacré de la BD à mes yeux.

Je suis pas aussi ferme que ton texte qui donne l'impression que ses planches sont intemporelles, je pense au contraire que beaucoup de ses thèmes ne sont plus dans l'air du temps, que les valeurs qu'il expose, la cellule familiale qu'il explose et les rapport sociaux qu'il impose ne sont plus vraiment d'actualité avec le nouvel ordre mondial. C'est pour ça que cela me semble urgent de lire et relire bon nombre de ses BD ancrées dans leur époque, qui sont les témoins idéaux et objectifs de leur temps.



[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivedetroie

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/01/2013
Age : 55
Localisation : troyes

MessageSujet: Re: topic pour les BD   1/2/2013, 16:53

bon me revoilà Very Happy

tout à fait ok avec toi, tous ces dessinateurs ont bercé ma jeunesse, avec Margerin et Gotlieb aussi...

et puis le Tex, c'est un copain d'enfance Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   1/2/2013, 17:19

j'sais pas si je ferais une ptite chronique sur Gotlib un jour, j'pense pas que ce soit nécessaire, c'est un de cette génération qui a le mieux survécu à l'oubli je crois


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
raphiolagrand

avatar

Messages : 588
Date d'inscription : 31/12/2012

MessageSujet: Re: topic pour les BD   8/2/2013, 15:33

Aurl, je suis passé au travers de ton post avec toutes ces candidatures. Je ne vais pas te répondre point par point, ce serait un peu chiant à lire. Mais je vais tenter de reprendre tes observations.

Je t'accorde que la phrase que tu reprends "Avec un trait Reiser exprime plus que le dessinateur de XIII en toute une carrière." est peut être un tantiné exagéré. Ce n'était pas ma volonté de "taper sur les autres". Il s'agit simplement d'opposer le dessin précis et très fin de W Vance (XII) a celui de Reiser que tu d'écris si bien, un "minimaliste avec une richesse incroyable". Je suis pleinement d'accord avec ta description du dessin de Reiser, cela complète bien sa présentation.
Tu as visé juste, j'ai glané ce que j'ai trouvé sur la toile. Pas de scanner à la maison ... et le texte, glané aussi, je l'ai annoncé. Pour deux raisons, d'abord car je suis d'accord avec lui, ensuite parce que je n'ai pas le temps et encore moins ton talent pour faire une présentation respectueuse du dessinateur. Je ne me sens pas pilleur, il est facile de protéger sa prose si on le veut et/ou d'annoncer que l'on ne souhaite pas la voir diffuser. A partir du moment ou al diffusion est autorisée et que les choses sont affichées (on ne triche pas en s’appropriant pas le travail d'autrui), je ne vois pas le mal.

Je ne connaissait pas les relations cavanna/reiser. Cela doit dater de Hara kiri et charlie hebdo version 1. Je n'ai connu que Charlie en version 2 aprés la remise en route effectuée avec les tunes de Renaud. Je vais aller creuser de ce côté la.

Pour finir, je ne rejoins pas ton analyse sur le fait que ses thèmes ne sont plus dans l'air du temps... évidement, l'époque n'est plus la même. La satire de Franco ou la bataille pour l'avortement sont dépassées. Mais bon nombre de sujets restent d'actualité. Sur tes bons conseils, j'ai donc relu les 4 BD que j'ai.
"Fou d'amour" sur les relations homme/femme (et pas seulement!) est toujours dans la bonne époque. Encore navré pour le manque d'illustration mais la planche "Cancer Gay" page 27 est on ne peut plus dans l'actualité du moment.
"Oreille Rouge", satire de l'éducation "con" et de la différence peut aussi être une critique de la société d'aujourd'hui.
Les deux autres "On est passé à côté du bonheur" et "A bas tout" ont des thématiques un peu plus généralistes, on y retrouve pèle mêle: la critique des rapports sociaux (riche/pauvre, étranger/français), la société de consommation, l'écologie (et oui déja...) et la crise. Certes, cette dernière était due au 1er choc pétrolier, mais si les motifs sont différents, les conséquences avec le regard de Reiser restent globalement pertinentes.

Pour le prochain, on va sortir un peu des humouristes, je vais faire un spécial Bilal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   9/2/2013, 03:15

pas de soucis pour le texte repris, ce qui me dérange c'est pas du tout le côté pillage c'est surtout qu'on sait pas ce qui est ton avis et ce qui est simplement l'avis du type qui a écrit le texte ^^
et que du coup, je ne sais pas si c'est à lui ou a toi que je m'adresse ^^"

Tu as probablement raison quand tu dis que certains thèmes forts de Reiser sont encore d'actualité, c'est simplement que ce qui me vient en premier quand je pense à Reiser, ce sont des images du passé, se moquer des curés de campagne, des flics franchouillards des années 70, les "bonne chance mon papa", les pères alcooliques au gros rouge, les hippies déphasés, "du beau du bon dubonnet", et même son approche de l'écologie est expérimentale et date d'avant que l'écologie soit une mode.

C'est le fait qu'il se contente parfois de décrire des scènes de son époque sans y ajouter quoi que ce soit pour faire des planches merveilleuses, des genres d'instantanés de son temps, qui me le fait apparaitre comme un témoin objectif et sans concession de son époque plutôt que comme un artiste intemporel.

Et je t'attend également au tournant pour Bilal, je suis un adorateur de Nikopol et j'ai un joli poster de la fille aux cheveux bleus d'ailleurs. ^^
( j'espère que tu as écrit "humouriste" à la place de "humoriste" volontairement et pour déconner )

PS : j'envisage de faire quelques scan de Reiser ( et aussi de Bilal si tu trouves encore rien sur le net ) pour faire transparaitre tout ce qu'on a dit et qui est important pour apprécier Reiser


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   7/5/2013, 20:18

en attendant que Raphio se rappelle qu'il a dit ici qu'il parlerait un peu de Bilal
et en attendant que je trouve la motivation pour scanner du Reiser

Lançons nous sur un nouveau petit sujet sur lequel je serais toujours aussi dithyrambique (hou putain, j'viens d'écrire ce mot correctement du premier coup, j'pensais pas y arriver ^^ )
On s'est plutôt attardé ( attardé toi même ) sur des grands noms de la BD dans les dernières chroniques, nous allons continuer ici mais par un moyen détourné car nous ne parlerons que d'une série unique.
Une série qui naît en 1977 dans Le journal de Tintin et qui devient une série majeure qui durera plusieurs décennies. Une série imaginée par un scénariste Belge dont la plupart des autres travaux deviendront des monuments nationaux. Il s'agit, vous l'aurez peut-être deviné après tout ce teasing riche en informations de Jean Van Hamme et de la série Thorgal.

Je n'ai pas de véritables informations précises sur le succès de cette série, je ne peux que le déduire du fait de sa grande longévité ( 30 années - 29 numéros avec le scénariste d'origine ), des très nombreux prix qu'elle a reçu ( pour des scénarios, les dessins et parfois pour des tomes précis ) de son adaptation en jeux vidéo dans le début des années 2000 (un faux jeu d'action/aventure qui est plutôt un point and click simpliste, suffisamment respectueux de la série pour être très sympa quand on est un fan ), et même en musique avec un dispensable disque "Thorgal - enfant des étoiles" s'inspirant des aventures de la série.
Je peux aussi le déduire en me souvenant d'une mention du scénariste en introduction d'un des derniers numéro qui s'excusait de ne pas pouvoir fournir, aux très nombreuses personnes qui la lui demandaient, l'origine biblique des prénoms inventés dans les BD dans l'espoir de pouvoir nommer leurs enfants à naître avec ces prénoms et que cela soit accepté par l'état civil (Ces prénoms étaient principalement Jolan et Louve je présume, deux enfants charismatiques dans la BD ).
Enfin je peux m'imaginer le succès de la série compte tenu de la qualité que je lui reconnais, de l'estime que moi et beaucoup de personne aillant grandis avec lui portons depuis le début, et même de la grande passion qu'elle a déclenchée chez des gens auxquels j'ai fait découvrir la série d'un seul coup jusqu'à encore tout récemment.

Thorgal est dessiné par Grzegorz Rosinski (je ne me souvenais pas de son prénom ... et je sais pourquoi ) qui est fort talentueux, a un style très artistique, qui est parfois plus proche de la peinture que du dessin, on perd parfois en précision ce qu'on gagne en esthétisme, avec un choix de couleurs et une gestion des volumes et des mouvements de grand standing, toutefois il n'a jamais rien fait de plus populaire ( et conséquent) que la série Thorgal, contrairement à Van Hamme qui lui est également le scénariste de la série XIII (plusieurs fois adaptée en film et en jeux vidéos ) et de la série Largo Winch ( également adaptée à toutes les sauces et qui était initialement une série de roman du même auteur ), ce qui en fait probablement un des scénaristes de BD les plus reconnu des 30 dernières années.

Thorgal raconte la vie de, je vous le donne en mille : Thorgal, un nourrisson abandonné aux flots dans un étrange berceau flottant et recueilli par un chef viking autour de l'an 1000. Nommé Thorgal Aegirsson ( Fils de Thor et d'Aegir ^^ ) l'enfant, mystérieux et craint car étranger à la communauté, grandira dans ce rude monde viking sous la protection du chef de la communauté, sont père adoptif. A sa mort, Thorgal sera déprécié par le nouveau chef et redeviendra le mouton noir, subissant toutes les petites haines mesquines de la populace. Une fois adulte, il ira faire sa vie dans le vaste monde avec Aaricia, amie d'enfance, fille du nouveau chef qui hait copieusement Thorgal.
A partir de là, les aventures de Thorgal sont simplement sa confrontation avec la cruauté et la violence du monde dans lequel il grandit. Profondément humaniste, d'une nature totalement pacifiste et très ouvert d'esprit, bien que guerrier excellent et archer d'un incroyable talent, Thorgal tente de vivre simplement avec sa famille, sans désirs fous, sans autre rêve que de vivre en paix. Le personnage de Thorgal pourrait être rapprochée de celui de Rahan, des hommes supérieurs dans leurs mondes, aux parcours atypiques, qui excellent en tout. Mais la différence c'est que Rahan parvient à élever les peuples qu'il rencontre, et les quitte généralement en ayant réussi à les assagir, Thorgal échoue le plus souvent et souffre d'être maltraité par des brutes assoiffées de pouvoir. La plupart de ses aventures sont pessimistes sur la nature humaine et nous présentent des situations où raison, sagesse et mesure sont violées copieusement pour la commodité de quelques fous.

Concrètement les aventures sont extrêmement variées, car au delà de ces histoires de vikings plutôt rigoureuses anthropologiquement ( Van Hamme est un auteur très rigoureux, il suffit de lire Largo Winch pour le constater, et de ce fait, il s'attache à respecter les mythologies dont il se sert, et à donner un aperçu crédible des civilisations qu'il décrit ) Thorgal est en contact direct avec le panthéon Nordique, les dieux influeront régulièrement sur sa vie. Il y a également une grosse partie de l'histoire qui est consacrée aux origines mystérieuse du héros, son ascendance complexe et dramatique.
Au final, on pourra trouver qu'il s'agit d'un défaut, mais c'est pour moi une des forces de la série que d'être extrêmement dépaysante et variée, elle touche parfois à de l'histoire des civilisations, parfois à de la magie et des monstres d'heroic fantasy, parfois à des histoires de divinités nordiques présentées comme elles l'étaient à l'époque, et parfois à de la plus pure science fiction avec tout ce que cela implique. Et je vous voit venir : non, tout cela se marie parfaitement et forme une émouvante et palpitante histoire autour d'un héros unique torturé par le sort.

S'il fallait utiliser un seul mot pour décrire la série, ce serait surement l'humanisme, au delà de Thorgal lui même, la série regorge de personnages forts, son épouse Aaricia qui est principalement une belle jeune femme un peu insipide au début de l'aventure prend de l'épaisseur pour devenir forte, indépendante et très estimable, et que dire de leurs enfants pleins de vie et de poésie dont on comprend assez vite pourquoi tant de jeunes parents souhaitaient reprendre les prénoms dans les années 90. De nombreux personnages récurrents et complexes viendront s'ajouter, parfois épisodiquement, tous avec des personnalités et des vies bancales, on se surprend à vouloir qu'ils aient tous droit à leur propre série à leur nom (et c'est d'ailleurs le cas pour Louve, la fille de Thorgal, et Kriss de Valnor ... un personnage vraiment trop complexe et multiple pour que je me risque à vous la décrire en une courte phrase )

Bref, voila une série totale, souvent très émouvante quand on s'attache aux personnages ( et je vous défie de ne pas vous y attacher), qui mérite amplement sa popularité, il n'y a, a ma connaissance, qu'un seul tome de la trame principale qui soit médiocre ( n°26 ^^ )

Depuis 2007 Van Hamme, qui a maintenant 74 ans, a arrêté de scénariser la série et a laissé sa place à Yves Sente qui a ajouté pour le moment 4 tomes de plus (33 en tout ) à la série principale. Ce dernier a totalement recentré l'aventure sur le personnage désormais adolescent de Jolan (le fils de Thorgal donc ) un peu à la manière dont DBZ promettait de raconter l'aventure de Sangohan plutôt que celle de Sangoku qui devait rester le héros de Dragon Ball. Cela fut vite abandonné dans DBZ tant le personnage de Goku était définitivement le héros ultime de ces aventures, et je pense que cela ne sera pas non plus possible pour Thorgal qui est un personnage beaucoup trop charismatique pour être relégué au second plan.





[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nephthys
Tyran pailleté
Tyran pailleté
avatar

Messages : 8823
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27

Feuille de personnage
Prénom et Nom: Eleana Celebrindal
Race: Elfe
Vie:
70/70  (70/70)

MessageSujet: Re: topic pour les BD   8/5/2013, 09:49

Pour info, j'ai fait lire ce topic à mon beau frère fan de BD (que tu as déjà vu ^^) il a beaucoup apprécié Smile




"Les L.Noire sont les maitres de l'univers... maintenant faut juste prévenir l'univers."
Mange des paillettes, parce que les paillettes c'est la vie !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   8/5/2013, 11:48

ha cool !!
vraiment, merci à toi de rendre un peu utile ce topic que je me donne la peine d'entretenir et d'alimenter pour personne ^^"


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nephthys
Tyran pailleté
Tyran pailleté
avatar

Messages : 8823
Date d'inscription : 23/11/2010
Age : 27

Feuille de personnage
Prénom et Nom: Eleana Celebrindal
Race: Elfe
Vie:
70/70  (70/70)

MessageSujet: Re: topic pour les BD   8/5/2013, 12:23

oui je me suis dit que ça serait bien que tu saches qu'il y a des gens qui l'apprécient surtout avec le mal que tu te donnes ^^




"Les L.Noire sont les maitres de l'univers... maintenant faut juste prévenir l'univers."
Mange des paillettes, parce que les paillettes c'est la vie !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   12/5/2013, 17:41

La matière ne manque vraiment pas, et comme je viens d’apprendre ( mes yeux sont encore humides de joie .. tout comme mon slip … des deux côtés ) que j’avais au moins UN lecteur, je suis motivé pour continuer sur ma lancée.
Je vais à nouveau me servir d’une série mythique pour vous parler d’un auteur (et d’un dessinateur … jamais bien loin du premier lorsqu’il est question de BD ^^ ).

En 81 démarre une série de BD de science-fiction qui deviendra la BD la plus symbolique de son époque artistique (du moins en Europe) et cette série est dessinée par Jean Giraud alias Moebius (il est mort en début d’année dernière … ce fut triste ) qui est sans contestation possible le dessinateur/auteur de BD français le plus international qui soit. En effet, quel artiste peut se vanter d’avoir bossé avec Stan Lee aussi bien qu’avec des artistes japonais ? D’avoir été à l’avant-garde de la scène européenne tout en ayant bossé sur le film Alien ? D’avoir initié une série aussi culte que Blueberry tout en fondant les Humanoïdes Associés et la revue Métal Hurlant qui se trouva même éditée aux états unis ? D’avoir bossé sur le cinquième élément, d’avoir eu une expo commune avec Miyazaki et enfin d’avoir travaillé avec Jodorowsky sur le point d’ancrage artistique de tous les auteurs de BD de science-fiction qui suivront ? Voilà le parcours incroyable de Moebius qui comme je le disais commence à dessiner L’Incal en 81 sur un scenario de Alexandro Jodorowsky. L’incal est une série riche contant les aventures très hétéroclites de John Difool, un anti-héros passionnant dans toute l’étendue de sa médiocrité. Je parlais d’une série ancrée dans son époque car elle présente un anti-héros dans un environnement entre SF dystopique hardcore et punk, et chemin intérieur mystique new age un peu fumeux.
De cette série dont je n’ai absolument pas l’intention de parler, pas plus que de Moebius ( qui pourtant le mérite ) ont été extraites plusieurs séries parallèles ( dont une ou deux avortées je crois bien ) la plus évidente est la série Avant l’incal qui nous présente les tragiques événements antérieurs à l’aventure de Difool. Cette série est finalement totalement intégrée à la série principale dans l’esprit des lecteurs je pense.

Au cours de l’Incal on rencontre un personnage qui semble mener une vie totalement indépendante de l’histoire, en parallèle. Il s’agit du méta-baron, un grand type costaud, chauve, élégant, vêtu de noir, au regard sombre et avec une oreille remplacée par une coupole métallique. Il nous est présenté comme le plus grand guerrier de la galaxie, un être invincible. Aucun obstacle ne lui résiste jamais d’aucune manière. Son rôle deviendra un peu plus important avec l’avancée de la série mais il restera toujours en arrière-plan, car son immense puissance ferait de lui l’élément de résolution de tous les problèmes de l’histoire s’il était trop présent.

L’incal s’achève au sixième numéro en 1989, alors qu’à partir de 88 s’amorce la série parallèle Avant l’incal, c’est un peu plus tard sur suggestion de son éditeur que Jodorowsky envisage d’étoffer le personnage du Méta-baron dans une série courte ou dans un One Shot, à partir de quelques planches de Moebius présente dans l’incal. C’est finalement une œuvre majeure qui verra le jour.
S’associant avec Juan Gimenez (je parlerai probablement de Gimenez plus que de Jodorowsky ) le génial dessinateur technicien Argentin, Jodorowsky entame la série qui nous occupe ce soir ( si vous lisez ça le soir ) : La Caste des Méta-barons.

Cette série commence par une discussion entre deux robots :
« - C’est une histoire qui parle du Méta-Baron, mon Maître !...
- Ah, Tonto, le Méta-Baron, c’est le plus sauvagement imprévisible de tous. C’est le plus grand, le Méta-Guerrier !...
- … Une longue Histoire, Lothar, qui remonte à Othon le trisaïeul et se poursuit sur toute la lignée. Je vais te conter les origines de la caste des Méta-Barons. »

La BD se présente donc comme une série de récits historiques, mais dans un univers de space opéra très poussé. On suit l’évolution d’une famille, d’une lignée, initialement de paisibles ouvriers éloignés des troubles de la galaxie et de la technologie, devenant par un concours de circonstances et par la culture exacerbée de leurs origines guerrières et de leur code d’honneur une succession d’individus d’une puissance exceptionnelle renversant chacun leur tour les fondements de l’univers.

Ce récit est presque mythologique, empreint de magie autant que de la plus débridée des sciences-fictions, il raconte la vie et la mort de personnages uniques, mêlant de la psychologie freudienne et des manigances politiques à l’échelle de plusieurs univers.

Une des grandes forces de la série ( qui la rend supérieure à l’Incal pour moi, même si les deux ne sont pas vraiment comparables ) c’est son aspect visuel. Le scénario est assez complexe mais finalement très classique, on retrouve des grandes figures, des grands mythes, du romantisme, même si le tout est recouvert d’une couche de science -fiction et de mysticisme. En revanche le travail graphique est probablement l’un des plus exceptionnellement imaginatif que j’ai pu rencontrer dans le monde de la BD.
Juan Gimenez fut passionné depuis tout petit par les images, et entre autres le cinéma qu’il allait voir avec sa mère dès l’âge de trois ans (juste après la seconde guerre mondiale), il reproduisait en dessin puis en pâte à modeler les images les plus marquantes, apprenant de lui-même tout ce qu’il faut savoir dans la gestion visuelle des volumes. Ses études techniques poussées afin de devenir ingénieur en aéronautique, lui enseignèrent ensuite l’ergonomie des objets, le dynamisme des véhicules, si bien qu’en une seule BD des méta-barons (Cette série est probablement le paroxysme de son art ) il y a plus de crédibilité dans le design, de richesse dans l’univers décrit, et de profondeur architecturale que dans tout Star Wars.
Son travail dans le design de son univers est absolument phénoménal, je manquerais de superlatifs si je devais livrer mon impression sur le sujet, sa maitrise et son inventivité aussi bien pour les véhicules petits ou immenses, les bâtiments intérieur comme extérieur, les armures, les vêtements, et les armes sont sans égales dans la profession. Échantillons :
Spoiler:
 

Même les objets anecdotiques, véhicules qu’on ne voit passer qu’une seule fois dans une case, ou armes n’ayant qu’une seule occurrence sans grand intérêt, sont le fruit d’un soin visuel, d’un souci du détail et d’une recherche esthétique dont bien des éléments principaux et centraux d’autres BD ne jouissent pas.
On reste parfois bloqué sur une case juste parce qu’un appareil est tellement visuel et son volume est tellement parfaitement crédible qu’on s’étonne de ne pas le retrouver dans la suite de l’aventure.
La maigre et rétrograde partie consacrée à la nature dans ce monde avant tout technologique n’est pas en reste avec des panoramas sublimes et des végétations riches quand il le faut. Même chose pour les corps et les visages passionnés et ciselés (dans ce récit mythologique, les hommes sont souvent très beaux et les femmes sont à l'avenant ) font parfois tout le drame d'une scène lorsqu'ils sont décomposés, écarquillés ou révulsés sous la souffrance ou la passion.

L’esthétisme comme le scénario empruntent à beaucoup d’autres univers : Les rituels de la caste sont une adaptation des tenues et armes du Japon féodal, l’histoire dans l’obsession de la lignée, de l’honneur, de la gloire du combat, ressemble aux romans de chevalerie du bas moyen-âge, le space opéra mais aussi la structure narrative ( les deux robots couillons qui passent leur temps à s’insulter et qui servent de transition humoristique ) font penser à Star Wars, mais en réalité ils sont inspiré de la forteresse cachée de Kurosawa ( dont Star Wars est grandement pompé ), Kurosawa a grandement marqué Gimenez enfant, et la forteresse cachée est une histoire du Japon féodal, et hop ! la boucle est bouclée !

Je devrais vous conseiller de vous jeter sur La caste des méta-barons sans hésiter, mais en réalité je me demande s’il ne vaut pas mieux lire ( au moins partiellement ) L’Incal au préalable, les deux séries se posent dans le même univers, on voit certains lieux et certains personnages communs.
Quoiqu’il en soit, cet univers de Jodorowsky, sa mise en images punk, trash et inventive de Moebius et sa sublimation visuelle par le maître Gimenez font de toute cette saga le sommet de la BD européenne de science-fiction , le point de mire de tous les auteurs du genre. Un univers à découvrir pour tellement de raisons différentes et autosuffisantes que je ne vois absolument personne à qui le déconseiller … si ce n’est qu’il est assez violent, cruel, sanglant et mélodramatique.


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unbekannt
Mascotte de l'Empire
avatar

Messages : 15061
Date d'inscription : 29/01/2011

Feuille de personnage
Prénom et Nom: Sven
Race: Gobelin
Vie:
120/120  (120/120)

MessageSujet: Re: topic pour les BD   14/5/2013, 15:50

Je suis étonné que tu n'aies pas commencé par parlé de la BD dont s'inspire l'alliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurl le douteux
Bouffon Super


Messages : 15897
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: topic pour les BD   14/5/2013, 17:08

je ne l'ai pas lue, et pour le peu que j'en ai vu, je ne supporte pas le dessin ^^


[!] Bandeau Info [!] :

- Le topic Belles Filles est régulièrement nettoyé (Seul les messages contenant photos et un petit nombre de commentaires constructifs sont conservés). Vous pouvez y bavarder, mais incluez une images sexy de qualité dans votre post ! -

- Membres de la wing, votre intégration dans cette alliance puissante ne s'est effectuée qu'à la condition de vous voir participer activement au forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: topic pour les BD   

Revenir en haut Aller en bas
 
topic pour les BD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Topic pour les futurs papas (et les futures mamans on est pas raciste ^^)
» Les boitiers de protection pour jeux NES
» L'atelier des bonnes affaires, topic pour moins payer
» topic pour ceux qui démarre l'arcade
» Test Drive Unlimited 2 - Photos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLOIRE A LA LUNE NOIRE !!! :: Partie Publique :: L'Antre du Dragon :: Bar-
Sauter vers: